Links zu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joachim Card. Meisner

EN UNION AVEC MARIE

Homélie lors du requiem pour S. Em. Hans Hermann Card. Groër

le 5 avril 2003 à Maria Roggendorf

 

Kardinal MeisnerChers confrères dans le service sacerdotal, chères religieuses, chers frères et sœurs en Jésus Christ, notre Seigneur!

Le chemin du cardinal Hans Hermann Groër sur les voies de ce monde s’est accompli selon le plan de salut de Dieu le Père. Comme un pèlerin fatigué le cardinal Groër a pu, après un pèlerinage de presque 84 ans, rentrer dans la maison paternelle de Dieu.

Lorsqu’un être humain naît, il verse beaucoup de larmes, mais les prochains, les parents, la famille se réjouissent du fait qu’un nouvel être humain est né. A la fin d’une vie humaine, lorsque l’homme a le droit de décéder, cela devrait être tout le contraire. Alors celui qui se met en route pour aller auprès du père devrait pouvoir se réjouir. Ses proches au contraire devraient être tristes et pleurer sa perte, parce qu’une personne dévouée les a quittés.

Il en était effectivement ainsi pour la Vierge Marie. Celui qui s’est trouvé une fois devant le magnifique autel de Veith Stoss dans l’église Sainte-Marie à Cracovie n’ oubliera plus le sourire pascal sur le visage de Marie, qui en mourant glisse dans les mains des apôtres en pleurs. C’est ce qu’éprouvent beaucoup d’entre nous devant la mort du confrère et cardinal Hans Hermann Groër.

La dernière décennie de sa vie était opprimée par le nuage sombre sous lequel beaucoup de gens ont souffert avec lui. C’était le sort du cardinal Groër de suivre le Seigneur dans son chemin de croix comme Simon de Cyrène. Il était tout immergé dans les amères souffrances de Jésus, qui cependant le préservaient de toute amertume. Sur ce chemin de la croix il se savait étroitement en union avec Marie, la mère de Jésus, elle aussi percée par l’épée de la souffrance. Et c’est justement par là que sous la croix il est devenu pour beaucoup de personnes un compagnon d’infortune compétent.

Chères sœurs, chers frères, combien de gens de près et de loin sont venus chez lui pour le prier de leur montrer la bonne voie pour leur vie. Surtout les misérables et les accablés, les méprisés et les crucifiés trouvèrent en lui un évêque et un prêtre, un Christ et un frère qui était entièrement de leur côté et pouvait leur montrer le chemin en autorité spirituelle.

N’est-ce pas justement pour cela que le cardinal Groër est devenu en Autriche un confesseur recherché, et ceci jusquà peu de temps avant sa mort? N’était-ce pas aussi un témoignage des croyants, par les pieds et le cœur, pour le prêtre et évêque Hans Hermann Groër? Heureux les morts qui meurent dans le Seigneur, car leurs œuvres les suivent, dit l’Ecriture.

Chères sœurs, chers frères, nous n’avons pas à proférer de grands mots devant le cerceuil du cardinal Groër. Les faits parlent d’eux-mêmes. La beauté de la basilique de pèlerinage, le prieuré des Bénédictins ici-même, et dans le voisinage l’abbaye des Cisterciennes de Marienfeld: tout ceci n’existerait pas sans le cardinal Hans Hermann Groër, et ce sont là devenus des lieux qui rendent un peu plus possible l’expérience du ciel sur terre, et la terre un peu plus habitable. Le pèlerinage mensuel de Maria Roggendorf fut le début d’un mouvement de pèlerinage dans toute l’Europe et plus loin encore, si bien que mois par mois des croyants se rassemblent à 600 endroits environ pour se laisser conduire vers le Christ par Marie, qui a conseillé: Faites ce qu’il vous dira!

Chères sœurs, chers frères, devant le cerceuil du cardinal Groër nous avons vraiment davantage à remercier qu’à proférer des plaintes. Le cardinal Groër n’éait pas un homme à nature robuste et à la peau épaisse – il était très vulnérable et susceptible. C’est pourquoi les événements du dernier temps comme archevêque de Vienne l’ont profondément blessé, voire stigmatisé. A partir de ce temps il continuait sa vie en homme marqué, blessé, même stigmatisé. Et quand Saint Pierre écrit dans sa première lettre: Nous sommes guéris par ses meurtrissures, c’est peut-être justement en homme blessé que le cardinal Groër est devenu un si recherché pasteur, aumônier et accompagnateur. Un homme qui a redécouvert le sens de sa vie par la rencontre avec le cardinal Groër m’a dit: Quand je le quittais j’étais toujours meilleur qu’au début de la rencontre.

Chères sœurs, chers frères, dans les jours où le nuage sombre s’est posé sur sa vie et le fit tomber dans le délaissement et le mépris, les sœurs de la Visitation du Rennweg à Vienne sont allées le trouver et lui ont porté en signe de leur confiance non abattue l’anneau épiscopal de saint François de Sales. Je sais combien ce signe de sympathie, de compassion l’a fortifié, réconforté et ému.

Plusieurs mois plus tard il m’a remis l’anneau de saint François de Sales en signe de remerciement pour mon accompagnement sous le nuage sombre.1 J’étais profondément confus et ému, parce que je n’avais absolument pas l’impression de l’avoir accompagné assez intensivement. Aujourd’hui je rends cet anneau au cardinal défunt, en signe de remerciement pour sa fidélité sous la croix du seigneur. Cet anneau appartiendra désormais à Notre-Dame de Maria Roggendorf. C’est l’anneau de saint François de Sales et du défunt cardinal Hans Hermann Groër. Comme le cœur de Marie son cœur fut à son tour percé par l’épée de la souffrance. Comme Marie nous espérons et sollicitons pour lui la joie de la communauté définitive avec Jésus Crist, qui est mort et rescuscité. Que non la couronne, mais l’anneau de la fidélité en soit le signe. Amen.

 

1 C’était le 8 septembre 1998, Fête de la Nativité de la Vierge Marie, que le cardinal Meisner fit visite à Son Eminence, alors en exil à Goppeln.

 


 

Bergaebnis Kardinal Groer

Begraebnis Kardinal Groer Requiem

 

 

 

 

 

 

 

 

Seitenanfang